Le Chef du Bureau de coordination de la coopération pour le développement de l’Ambassade d’Autriche en audience chez le ministre de l'environnement

 

Le Ministre de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique, Batio BASSIERE, a reçu en audience le Chef du Bureau de coordination de la coopération pour le développement  de l’Ambassade d’Autriche Christian GOESITS dans la matinée du vendredi 19 janvier 2018 à son Cabinet. Une audience au cours de laquelle la question de la mise en œuvre effective de la deuxième phase du Projet Consolidation de la gouvernance environnementale locale (COGEL) a été abordée.  Un Projet qui appuie les collectivités territoriales en vue d’intégrer les dimensions du changement climatiques dans leur processus de développement.  Pour pérenniser les acquis du projet qui pris fin le 31 décembre 2017, le Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique a mis en place un comité afin d’enclencher sa prolongation dans le cadre du nouveau référentiel de développement qu’est le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES).

 

Les différents partenaires ont affirmé leur disponibilité à accompagner l’Etat burkinabè dans la deuxième phase du projet et il s’est agi au cours de l’audience d’harmoniser les points de vues pour le démarrage effectif du projet en éclaircissant le rôle de tout un chacun à savoir l’Etat burkinabè, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) comme agent d’exécution et la Coopération autrichienne en tant que contributeur. Il a aussi été annoncé que des démarches seront entreprises auprès d’autres contributeurs pour renforcer le financement du COGEL. Le premier responsable en charge du Ministère de l’Environnement Batio BASSIERE, a rassuré que le programme a été soumis au PNUD qui doit réagir afin de déclencher la mise en œuvre de la deuxième phase du Projet consolidation de la gouvernance environnementale locale (COGEL)

En rappel, démarré en 2011, le Projet Consolidation de la gouvernance environnementale locale (COGEL) est cofinancé par le Gouvernement du Burkina Faso, le Programme des nations unies pour le développement (PNUD) et la Coopération Autrichienne.