Campagne cynégétique 2017-2018 : Paul Kaba THIEBA donne le top de départ

 

Nadiagou, dans la Province de la Kompienga, Région de l’Est, a accueillie dans la matinée du mardi 19 décembre 2017, le lancement officiel de la Campagne d’exploitation faunique 2017-2018. Placée sous le thème «Promotion du tourisme intérieur dans les aires protégées pour une optimisation de la valorisation économique et socio-culturelle des potentialités fauniques », la cérémonie a été présidée par le  Premier ministre Paul Kaba THIEBA en compagnie des Ministres Batio BASSIERE en charge de l’Environnement et de N. Ambroise OUEDRAOGA  de l’Eau et de l’Assainissement. Le thème choisit a pour but d’inviter les concessionnaires, les guides de tourisme et les agences de tourisme à développer des initiatives incitatives à la fréquentation des aires protégées par les nationaux, de faire connaître les potentialités des aires protégées et d’inciter les populations à s’engager dans la protection des ressources fauniques. Prenant la parole en premier, le Maire de la Commune de Pama Jérémie ONADJA, a affirmé que les aires protégées contribuent au développement socioéconomique des populations riveraines à travers la création d’emploi, le développement des activités commerciales et touristiques, le développement de la coopération décentralisée et de l’exécution des projets et programmes de développement local. Il a plaidé pour la prise en compte des Communes riveraines dans le dispositif institutionnel et règlementaire de gestion des aires protégées.

Pour le Ministre de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique, Batio BASSIERE, la cérémonie de lancement officielle de la Campagne cynégétique est un moment d’introspection pour faire le point sur l’évolution de la gestion de nos ressources fauniques. Il s’agit pour lui d’apprécier les acquis majeurs, de mettre en évidence les principales difficultés et insuffisances et surtout de dégager les perspectives qui s’imposent à nous.  « Notre pays dispose 77 aires protégées classées sur une superficie de 3,9 millions d’hectares, dont 28 à vocation faunique » a rappelé Batio BASSIERE. Il a noté que depuis 1996, le Burkina Faso a engagé dans une gestion tripartite des aires protégées et classées, c’est-à-direentre l’Etat, les populations et le privé. Une gestion qui a permis d’améliorer les niveaux d’aménagement des aires protégées, de renforcer les capacités de plus de 100 Groupements villageois de gestion de la faune (CVGF), de créer le Fonds d’intérêt collectif(FIC) et de renforcer les dispositifs institutionnels de gestion des aires protégées. Comme impacts de la mise en œuvre de ces approches, le premier responsable en charge de l’Environnement a souligné entre autres, l’amélioration des retombées socioéconomiques au profit des populations riveraines et le renforcement de la notoriété du Burkina Faso en matière de gestion des aires protégées. Batio BASSIERE a cependant signifié que les aires protégées  sont confrontées à d’énormes difficultés, notamment l’absence de cadre spécifique formel et opérationnel de concertation qui offre un espace de dialogue, d’évaluation et de partage des informations entre les principaux acteurs, les pressions anthropiques diverses et les stress hydriques. Le Ministre de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique, Batio BASSIERE, a saisit l’occasion pour féliciter et encourager les agents, qui en dépit des moyens les limités assurent avec loyauté et dévouement la protection de nos ressources fauniques parfois au péril de leur vie.

Président de la cérémonie,  le Premier Ministre Paul Kaba THIEBA, a dit être venu témoigner de l’importance que son Gouvernement accorde à secteur faunique dans notre pays et invité les populations à la préservation de cette richesse commune. Pour lui exploitation de la faune au Burkina Faso, draine chaque année, en moyenne 500 chasseurs sportifs et 5500 touristes dans le pays et permet de générer des milliers d’emplois ainsi que des ressources financières au profit du trésor public, des opérateurs du secteur privé, des communautés et des collectivités.  Le pays dispose de plus d’une vingtaine de campements  de haut standing avec une capacité total d’accueil de plus de cent lits. Les principales zones d’attraction sont : le ranch de Nazinga dans le Nahouri, la mare aux hippopotames dans le Houet, les parc d’Arly et du W, ainsi que les zones cynégétique de la région de l’Est. C’est un  secteur pourvoyeur de ressources qu’il faut valoriser a souligné Paul Kaba THIEBA.

Il faut dire de façon générale que le rôle de la faune dans le développement se traduit concrètement par plusieurs activités socio-économiques ; cependant il se révèle que la promotion et l’expansion de certains secteurs d’activités ne sont pas suffisamment perçues par les bénéficiaires. La campagne d’exploitation faunique est organisée chaque année et dont la période est fixée du 1er décembre de l’année en cours au 31 mai de l’année suivante.